girlsboss britt robertson netflix

Dernièrement, sur Netflix … Girlboss

Alors comme ça, tu croyais que sur Netflix on trouvait que des shows de super-héros Marvel aveugles, à la force surhumaine ou encore habités par des personnalités multiples ? J’comprends. Eh bah figure-toi qu’il leur arrive aussi de s’essayer à d’autres registres, comme avec Girlboss, disponible depuis le 21 Avril sur la plateforme. Et …



Créé par Kay Cannon

Produit par Charlize Theron

britt robertson girlboss
Britt Robertson, l’interprète de Sophia

2006 : Sophia Amoruso a 22 ans et lance sa boutique vintage de e-commerce sur Ebay, Nasty Gal Vintage. Et … oh sweet baby Jesus, tout ça paraît si vieux. La jeune adulte qui jusqu’alors peinait à trouver sa voie, vient de découvrir le domaine dans lequel elle est à l’aise, et surtout, un filon qui marche du feu de Dieu : revendre des pièces vintage trouvées à 3 dollars six cents à des prix indécents. Et là, c’est :

Plus tard, c’est son propre site de vente qu’elle lance, et le succès est à nouveau au rendez-vous. La p’tite Sophia se retrouve vite sur une montagne de $$ bills y’all … dont elle dégringole quand Nasty Gal fait faillite.

2014 : Mais en bonne nana badass, Sophia rebondit. Entre temps, sortent ses mémoires intitulés #Girlboss, dans lesquels elle revient sur son parcours atypique, en filant au passage quelques p’tits conseils pour que toi aussi, tu deviennes une #girlboss, wouhou !

#girlboss sophia amoruso netflix

2017 : Netflix diffuse la série qui s’en inspire « real loose », comme l’indiquent les deux lignes de chaque début d’épisode, et se vautre. On constate real fast que le show passe totalement à côté de ce qui aurait pu être la plus cool origin story de l’une des plus cool business women des années 2000.

*

Girlboss

Mis à part une petite envolée féministe beaucoup trop tardive et quelques scènes montrant ponctuellement le chemin parcouru, rien de très profond côté accomplissement de cette self-made woman.

Au lieu d’une plongée inspirante dans les débuts de cette pionnière dans le biz de la vente en ligne, et d’un récit intelligent sur un entrepreneuriat féminin peu conventionnel, nous est servi un énième show sur une petite nana dingo à la sérieuse tendance à manifester son refus face à toute forme d’autorité, aux relations familiales évidemment tendues du slip, et au boyfriend fichtrement bueno mais au charisme égal à celui d’un poulpe. And that’s a bingo !

La série donne très vite le vilain sentiment que les étapes de son ascension, dans ce tout jeune business, relèvent de l’anecdotique et n’auront été qu’un leurre pour, en réalité, nous vendre une soupe à laquelle on a déjà goûté.

britt robertson netflix girlboss

Plutôt que de creuser la piste « bâtisseuse d’entreprise hors-pair », on nous laisse avec un personnage hystéro-névrotique monté sur piles, à qui on a très vite envie de coller deux, trois baffes et de faire avaler un xanax, à mi-chemin entre une Jennifer Lawrence en roue libre et quelqu’un sévèrement atteint de Tourette. Ce qui contribue à la rendre cartoonesque et donc, en rien crédible. Et puis, jouer la carte de l’irrévérence, ça paie plus autant qu’avant les gars. Ajoutez à ça que Britt Robertson, son interprète (tu sais, cette nana qui, à bientôt 30 ans, est toujours « typcastée » dans des rôles de lycéenne au ciné^^), a malheureusement l’apparence d’un fœtus, et vous obtiendrez une bien belle caricature.

britt robertson girlboss netflix

Ah, on me dit dans l’oreillette que la scénariste de Pitch Perfect aurait plus que contribué à l’écriture … est-ce qu’on tiendrait pas là un indice de ce à quoi est dû le lourd caractère cliché de la chose ? J’crois bien qu’si.  Gilbert, ma hache !

Ils ont bien tenté de nous acheter à coup de nostalgie des mid 00’s, avec son lot de références aussi matérielles (Ibook) qu’immatérielles (MySpace), mais surtout très pop’ : la mort de Marissa Cooper dans The O.C (Team Seth ! Pardon.). La sortie de Failure to launch avec une Sarah Jessica Parker post-Carrie Bradshaw, et un Matthew McConaughey, pré-McConnaissance. Et enfin, l’incident parapluie de Brit-Brit.

Et laisse moi te dire que c’était un putain de sans faute pour La Gueuse José. Sauf que, la fête aux réf, ça suffit pas à rattraper les dommages causés par une insistance mal sentie à vouloir à tout prix faire du show un produit « cool ».

britt robertson johnny simmons girlboss netflix
Britt Robertson (Sophia) et Johnny Simmons (Shane le poulpe)

La bande-son, sur laquelle ils se reposent BEAUCOUP, est aussi éclectique que bonne, de Wheatus à Otis Redding en passant par Le Tigre. On se délecte de ce qui a été tourné à San Francisco. Se réjouit de voir Melanie Lynskey. Sème par-ci par-là quelques idées assez cool de mise en scène (la scène du forum et de la chatroom). Sophia et Annie ont, faut bien l’avouer, quelques sorties assez savoureuses.

Mais …

*

Bon, après, on passe pas un horriiiiiible moment. Mais trop de caricatures tuent la caricature. Girlboss est un petit bonbon pop’ pas totalement dégueulasse qui se consomme très vite, mais se retrouve un poil boursouflé à cause de ses clichés (la majorité des hommes entourant Sophia doivent être gays parce que, hey, SAN FRANCISCO pardi !) dont l’ensemble pâtit, malgré quelques envolées formelles qui, malheureusement, ne suffiront pas à faire entrer Girlboss dans les annales. Rien de honteux. Juste une tentative moyennement bonne.

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Publicités

2 réflexions sur “Dernièrement, sur Netflix … Girlboss

  1. Bon ben du coup pas dit que je la tente, je vais plutôt essayer de me remettre de la 1ère moitié du dernier épi de Westworld vu entre midi et deux, et de me remettre au boulot tout court alors que l’onglet de l’épi stoppé en plein milieu est encore ouvert sur mon navigateur, on y croit…

    1. Hahaha c’est mal. Je déplore les conditions dans lesquelles tu mates tes séries. Bon pr celle-là, c’est inoffensif hein alors fais-toi plaisir, c’pas si désagréable, c’est juste gratiné et décevant (et ce n’est que mon avis, « les goûts les couleurs », comme disent les anciens … ) En mangeant, ce sera parfait 😉

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s